Source : AfriqueRenouveau UN 

Le rêve de bien des femmes s'est réalisé le 28 juillet lorsque l'Assemblée nationale de São Tomé et Príncipe a approuvé une loi sur la parité politique longuement débattue qui prévoit un minimum de 40% de sièges réservés aux femmes dans les organes élus, ainsi que dans les postes du cabinet.

Actuellement, les femmes occupent 12 % des sièges à l'Assemblée nationale et 20 % des postes au Cabinet, mais grâce à une forte campagne de plaidoyer menée par des femmes parlementaires, la société civile, des avocates et d'anciennes personnalités politiques, cela va bientôt changer. Une alliance dépassant les clivages politiques pour faire avancer l'égalité des droits des femmes a été couronnée de succès et permet au pays de rejoindre quelques autres pays d'Afrique qui sont à l'avant-garde de l'égalité des femmes.

Les Nations Unies ont joué un rôle déterminant dans l'autonomisation des groupes de femmes et dans la formation d'une coalition d'agents du changement, notamment du gouvernement, des parlementaires, des partis politiques, des leaders de la société civile et des médias. Le plaidoyer a permis de mettre en œuvre la forte adhésion du pays aux valeurs d'égalité et d'équité entre les sexes. 

En tant que Coordonnateur résident, j'ai fait appel à l'expertise de nos collègues d'ONU Femmes basés au Sénégal, en plus du Programme des Nations Unies pour le développement et du Département des affaires politiques de l'ONU. Je pense avoir mis en relation l'expertise de l'ONU au niveau mondial, régional et national avec le plus haut niveau politique du pays pour ce grand pas vers l'égalité des sexes.

C'était exaltant de rencontrer les femmes leaders du pays pour les encourager et leur réitérer notre soutien. Récemment, lors d'une réunion avec elles, j'ai dit "faremos o caminho caminhando", ce qui se traduit par "nous emprunterons le chemin". En effet, l'approbation de la loi sur la parité est un pas important sur le chemin pour faire de l'égalité des sexes une réalité dans la pratique.

2022 promet d'être l'année du changement pour les femmes de São Tomé et Príncipe. Lors d'un récent cours sur les femmes en politique - organisé par les Nations Unies avec le soutien de l'UNOCA et en partenariat avec une université locale - l'une des 30 participantes, membre de base de l'un des partis politiques, m'a dit :

Maintenant, nous ne pouvons pas régresser. Au sein de mon parti, je dirai haut et fort que je suis une candidate, car je n'ai plus ma plus grande peur... le fameux plafond de verre, comme je l'ai appris ici.

Lors de mes rencontres avec les leaders de tout bord politique, je veille toujours à ce que les femmes soient présentes, et je m'informe des actions des partis politiques pour placer les femmes en position éligible sur les listes de candidats. Les prochaines élections parlementaires, qui auront lieu en septembre, verront une forte augmentation du nombre de femmes candidates.

Avec l'aide des Nations Unies, le manuel sur la "Participation politique des femmes" a été lancé le 8 juillet et un premier exemplaire a été offert au Président de l'Assemblée nationale et à tous les chefs de partis politiques. Le manuel a été rédigé par l'ancienne Première Ministre Maria das Neves et l'ancienne Ministre de la Justice Ilza Amado Vaz, avec des idées et des anecdotes personnelles. J'ai apprécié la discussion animée lors du forum organisé avant le vote au Parlement, et j'ai été d'accord avec les auteurs qui ont déclaré que "la représentation politique des femmes n'est pas seulement une question de justice démographique ; c'est une exigence pour le développement du pays".

La campagne des femmes avait déjà commencé en décembre de l'année dernière, avec une déclaration commune qui était le point de départ de la campagne de plaidoyer, avec tous les organes souverains, les médias et les partis politiques, des articles, des talk-shows dans les médias et une série d'événements et de formations visibles pour renforcer les capacités des femmes et créer l'élan pour la Loi sur la Parité.

Le site Web mulheresstp.com montre que les femmes sont prêtes et motivées pour avoir leur mot à dire dans l'arène politique du pays, contredisant la critique souvent entendue selon laquelle il n'y a pas assez de femmes aptes à s'engager en politique. 

La bataille pour l'égalité des sexes n'est pas seulement menée par les femmes. Aux côtés des femmes, d'importantes voix masculines ont exprimé leur soutien, comme le Président de la République et le Président de l'Assemblée nationale.

Le combat pour l'égalité des sexes ne s'arrête pas là, mais avec l'adoption de la loi sur la parité - par un vote unanime des 55 députés - un signal politique fort a été donné pour mettre en pratique la participation politique des femmes et l'égalité des sexes.  

 

Go to top